Dans le cahier de Matilda...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans le cahier de Matilda...

Message par Matilda le Jeu 28 Jan - 17:08



Ce petit cahier m'a été offert ma professeur de français, le 18 Décembre 2015, en récompense pour avoir gagner un concours de nouvelle. Elle m'a demandé de continuer à écrire à l'intérieur ; c'est ce que je compte faire. Dans ce cahier, il n'y a que les nouvelles et histoires que je ne modifierai plus. Je vous laisse découvrir ce qu'il s'y trouve...
_______________________________________________
La patiente du docteur Fenouillard

Antoine Fenouillard était tout sauf un homme engageant. Il vivait seul dans son spacieux appartement de Paris, cette ville si chère à ses yeux, où il exerçait le métier de médecin depuis deux ans ; il avait amassé une petite fortune dans son cabinet réputé. Il n'avait pas d'amis, ce jeune homme de 27 ans. Les jours où il ne recevait pas de patients dans son cabinet, il aimait se promener au bord de la Seine ou dans les parcs de la capitale, admirant les paysages, seul et tranquille dans sa coquille d'ermite.
Il avait une patiente, Marie, une jeune fille de 20 ans, très belle. Elle était le genre de femmes dont beaucoup aimeraient être le mari. Cette femme de classe moyenne méritait d'être couverte d'or et de bijoux. Son grand et fin visage au merveilleux teint était éclairé de deux grands yeux bleus. Il n'avait pas besoin de lire sur son dossier qui était le patient suivant, car, rien quand entendant ses petits pas dans l'escalier, le jeune docteur savait que la fille dont il tombait passionnément amoureux allait arriver. Il aimait la regarder, elle et ses longs et soyeux cheveux bruns attachés à l'aide d'un ruban, sa bouche parfaitement dessinée et son petit nez pointu. Tout était minuscule chez elle. La jolie Marie avait des airs de poupée. Hélas, sa santé fragile lui rendait la vie difficile, elle avait les chevilles bien trop maigres et le corps squelettique d'une paysanne mal nourrie.
Mais la jeune beauté avait-elle remarqué qu'Antoine Fenouillard la regardait un peu trop longtemps? Ils ne parlaient pas beaucoup, car celui-ci était trop timide. Pourtant, ce jour là, la malade lui adressa la parole sur le seuil de la porte...
<< - Le grand carnaval arrive en ville ce Samedi... Voulez-vous m'accompagner? dit-elle, pleine d'assurance.
- Je... comment... Bien sûr! balbutia-t-il.
- J'habite à une lieue du parc au bord de la Seine où se déroulera la fête. Pouvons-nous nous y retrouver? dit-elle sur le même ton.
- Oui, euh, bonne idée... Alors à Samedi et prenez soin de vous... répondit le docteur, rougissant de timidité.
- Je vous le promets. Et bien, à Samedi! conclut-elle avant de disparaître dans les escaliers. >>
Antoine eut du mal à se tenir tranquille cette semaine là. Il songeait déjà aux confettis et aux serpentins, aux jouets que les plus jeunes enfants auraient la chance de gagner. Pourtant, le jeune homme avait un pressentiment. Elle aurait pu facilement lui tendre un piège, lui promettre de venir à un carnaval n'existant pas... Les idées les plus saugrenues se bousculaient dans sa tête.
Le jour de la fête arriva. Antoine Fenouillard avait un beau costume pour marcher au bras de sa jolie patiente. Il l'attendait depuis midi car ils avaient tous les deux oublié de préciser l'heure du rendez-vous. Mais il aperçut la belle femme. Il pouvait la reconnaître entre mille.
<< - Bonjour, mademoiselle Lestrange. Vous portez une bien jolie toilette, dit-il, laissant sa timidité de côté.
- Bonjour, dit-elle en rougissant et en regardant sa robe bleue et verte. >>
Hélas, à cause du corset serré qu'elle portait sûrement, elle était plus maigre que jamais. Ses cheveux, retenus par un ravissant nœud vert, était magnifiques.
L'après-midi était parfait ; des mets délicieux étaient offerts à Marie. C'était le cadeau d'un avocat qui avait dû la trouver très jolie... Antoine se hâta de lui offrir toutes sortes de cadeaux pour être remarqué.
Cependant, la journée fut raccourcie... Marie demanda au médecin si elle pouvait s'asseoir sur un banc. Elle était plus pâle que d'habitude, ses jambes tremblèrent... Elle fit une chute et tomba en pâmoison. Des larmes coulaient sur sa figure et elle ferma les yeux. Le médecin essaye de la réveiller, mais en vain.
Elle était morte pendant une si belle journée de printemps.


COMMENTAIRES


J'ai décidé de situer cette nouvelle au 19e siècle car c'est une période que j'ai étudié en cours avec cette même professeur de français.
Nouvelle sous contrat. Le personnage Antoine Fenouillard était un personnage imposé.
Les mots imposés étaient :
- figure ;
- banc ;
- serpentins ;
- confettis ;
- escaliers ;
- avocat ;
- jouets.

avatar
Matilda


Messages : 102
Remerciements : 12
Date d'inscription : 26/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le cahier de Matilda...

Message par Elizabeth le Jeu 28 Jan - 19:03

La fin est triste, mais c'est vraiment bien écrit. Félicitations ! J'aime beaucoup. ^^
avatar
Elizabeth


Messages : 125
Remerciements : 1
Date d'inscription : 25/12/2015
Age : 16

Voir le profil de l'utilisateur http://edalmara.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum